Texte de l'intervention de Benoîte Favre

Publié le par Parti de Gauche Cantal

Texte de l'intervention de Benoîte Favre

Voici en intégral le texte de l'intervention de Benoîte Favre* au nom du PG15 lors du meeting de présentation des candidats d'Ensemble pour le Cantal, l'alternative !

" Je ne vais pas répéter encore une fois ce qui vient d’être dit par les intervenants précédents car je crois que vous avez compris le « pourquoi » de ce rassemblement et le « pour quoi faire ».

Non, je veux tout simplement vous dire pourquoi je me suis engagée politiquement, pourquoi je me trouve ici, devant vous.

Je pense que le rôle de chacun d’entre nous, à son niveau, en tant que citoyen, est de s’investir pour la collectivité. Il est regrettable que trop peu de personnes s’engagent en politique. Car bien souvent, elle est abandonnée aux « professionnels » de la politique, dont certains vivent comme des barons locaux, coupés des réalités, loin des préoccupations locales, sans les consulter, se sentant plébiscités sans compte à rendre, omnipotents et omniscients pour toute la durée d'un mandat intouchable, irrévocable .

Ce fonctionnement favorise l’abstention et le discours du « tous les mêmes, tous pourris ». Pour que la politique redevienne « la gestion de la cité » par et pour tous, il faut que chacun y participe, il faut se réapproprier la politique à son niveau local. Il faut que la politique revienne au sein du peuple.

C'est pour cela que chaque élection, qu’elle soit présidentielle, législative ou départementale, chaque élection est un repère, un maillon, un rouage de la Démocratie. Démocratie imparfaite et malade, me direz vous, je renchérirai en soulignant que l'épidémie a même atteint nos contrées locales… Et ce n’est pas nouveau. Les mêmes têtes accompagnent souvent les mêmes politiques et certaines depuis tellement longtemps. Je ne veux pas paraître irrespectueuse envers l’expérience et les compétences des anciens, mais je ne souhaite pas non plus vivre en gérontocratie …

Voilà le pourquoi de mon engagement au sein du Parti de Gauche : pouvoir proposer une réelle alternative aux gens.

Mais pour arriver à cela, il faut pouvoir se rassembler avec ceux qui nous ressemblent pour porter un maximum de nos convictions communes.

Il faut considérer chaque élection comme un moyen d'influencer notre démocratie, de lui injecter du sang neuf et comme une opportunité d'insuffler encore plus de démocratie, de participation. Surtout pour une élection comme les Départementales qui constitue une assemblée de locaux, prenant les décisions locales, à notre échelle, celle du département, même si les perspectives sont assez vagues vu le flou des compétences futures du Conseil Général.

Quoiqu'il en soit, nous pourrions importer une toute autre politique au sein du Conseil.

Ce que nous portons ? : une politique socialement épanouissante pour les gens, économiquement durable, écologiquement responsable et démocratiquement irréprochable. Est-ce utopique ? Non. C’est possible. Une utopie, c'est quelque chose qui n'a pas été encore essayée !

Concrètement, la démocratie, cela s’organise. Par des assemblées citoyennes, des débats, des réunions publiques, des votes, des consultations, des prises de paroles, des restitutions qui ne soient pas des autosatisfactions...

Actuellement, le Conseil Général consacre 60% de son budget aux politiques sociales. Et il y a encore des choses à faire pour améliorer la vie des plus vulnérables et isolés qu'on ne ménage pas, qu'on ne ménage plus, au nom des sacro-saintes économies, des budgets « contraints » par l'austérité, depuis les plus petits jusqu'aux plus âgés.

Parlons environnement. C’est un atout majeur de notre département. Alors ne faisons pas n’importe quoi. Un véritable plan d’aménagement du territoire, un plan de gestion des déchets cohérent sont indispensables. Abordons aussi la question de l’énergie, de l’eau, de la protection de la biodiversité, de la valorisation d’une agriculture paysanne et familiale, de la maitrise du foncier agricole en faveur des petits paysans. Une réflexion est indispensable sur tous ces aménagements mal coordonnés et qui placent notre département dans le peloton de tête en matière de destruction des terres agricoles.

Se poser ces questions, c’est aussi faire des choix : celui d’une planification pour une transition écologique, respectueuse et responsable.

Venons-en à l’économie. Là aussi nous pouvons agir. Aider les jeunes – et les moins jeunes - à créer leurs entreprises, à s’installer que se soit en agriculture ou ailleurs, cela devrait être une priorité pour le CG. Comme quoi favoriser la création d’entreprise, développer l’emploi durable, c’est aussi une question de choix.

Alors voilà. Notre rassemblement « Ensemble pour le Cantal, l’alternative », c’est aussi proposer un autre choix aux gens. Celui de l’alternative.

Bien sûr, toutes ces préoccupations ne se limitent pas à ces simples échéances électorales. Le but est de continuer à travailler dessus avec nos autres partenaires au-delà des départementales. Pour un changement radical de la politique et de sa pratique.

Et pour cela nous avons besoin d’un renouveau politique avec un autre angle d’attaque : celui mené par des personnes qui veulent s’impliquer pour leur territoire, à travers de nouvelles pratiques, valorisant les débats sur l’écologie et le développement local, la nécessité du social. Mais aussi valorisant le travail des hommes et des femmes salariés dans le secteur privé dont la précarisation croissante inquiète de plus en plus.

Les élus départementaux doivent ainsi agir pour favoriser le maintien en milieu rural des services publics si l’on veut vraiment arrêter la désertification du territoire et l’aménager pour qu’il soit agréable d’y vivre.

Je vous remercie de nous aider à y parvenir, je vous encourage à y prendre part.

Merci pour votre attention."

* Benoîte FAVRE est candidate titulaire, avec Claude PRAT, sur la canton de Saint-Paul-des-Landes.

Suppléants : Bruno ROUME et Véronique VOLPILHAC.

Benoîte Favre à la tribune

Benoîte Favre à la tribune

Commenter cet article